Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

[en] [fr]

 
Statistiques du site
Visites :
25 visiteur(s) connecté(s)
26 visiteurs par jour
114450 visiteurs depuis le début
Publication :
253 Articles
68 Brèves
0 Sites référencés

Coopérer pour obtenir la paix

Des conflits à la coopération, l’eau comme source de paix ?
12 février 2013
par secretariat

Face aux inondations, à la sécheresse et à l’augmentation des besoins d’une population mondiale qui atteindra les 9 milliards en 2050, la problématique liée à l’eau est devenue une des priorités de l’agenda international. Pour répondre à ces nouveaux défis, l’UNESCO a lancé le 11 février 2013 l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau. Un lancement qui a permis d’annoncer les grands axes d’actions à venir.

Les objectifs principaux

« L’eau est la vie », a déclaré Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations-Unies, lors de la cérémonie d’ouverture. Nous avons donc besoin de coopérer à toutes les échelles, locales, nationales et internationales, afin de garantir le bien-être des populations actuelles et futures. » Dans cette perspective, Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO a souligné que la coopération dans le domaine de l’eau englobe de nombreux enjeux parmi lesquels : la lutte de la pauvreté, l’égalité des sexes, les bénéfices économiques, la préservation des ressources en eau pour le future et la sécurité humaine. Le rôle de cette année est donc de sensibiliser, et développer les connaissances et les capacités à coopérer dans le domaine de l’eau, de favoriser des partenariats et faciliter le dialogue, et de renforcer la coopération internationale entre les institutions, les consommateurs et les secteurs socio-économiques.

Des enjeux indissociables à la paix

Marco Keiner, Directeur de la Division sur l’environnement de la Commission économique pour l’Europe des Nations-Unies (CEE-ONU), a affirmé que la paix ne pouvait être atteinte sans une coopération transfrontalière. « Il faut se battre ensemble pour trouver des solutions plutôt que de laisser des conflits se mettre en place, » a t-il déclaré, prenant appui sur les principes du préambule de la constitution de l’UNESCO : «  les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »

Irina Bokova a indiqué que deux tiers de la population connaîtront des tensions liées à l’eau dans 25 ans si une bonne coopération entre tous les acteurs de l’eau n’est pas mise en place. En effet, « une mauvaise gestion de l’eau peut compromettre la paix en provoquant des migrations et des conflits », a expliqué Michel Jarraud, Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale et président de l’ONU-Eau, avant de souligner les risques sanitaires que représentent une eau polluée. « L’eau impropre à la consommation tue », s’est exclamé Pascal Canfin, ministre délégué auprès du Ministères des Affaires Étrangères et chargé du développement en France, avant d’évoquer la situation à Tombouctou au Mali. «  Si la liberté est revenue, l’électricité et l’eau sont, elles, disparues. Les habitants vont au fleuve du Niger dont l’eau est polluée. Il est essentiel que la liberté d’une population s’accompagne d’eau potable. »

« Water, Water everywhere, only if we share » (de l’eau partout seulement si on partage) a été le slogan retenu. Le ton est donc donné pour cette année : il faut coopérer pour obtenir la paix... et continuer ainsi à développer une culture de non-violence et de paix dans le monde.


calle

Portfolio



calle